Communication transparente

 

Communication transparente


Depuis les années 1990, toute la législation moderne, à l’instar de la loi 231/2001 (mais aussi du 241/1990), a encouragé les organisations publiques et privées à adopter des modèles d’organisation et de contrôle visant à améliorer les performances en matière de conformité , de lutte contre la corruption et de transparence.

Les certifications EN-ISO pour la qualité des services, la loi 190/2012, la loi 97/2016 et les codes d’éthique et d’autorégulation qui se développent de plus en plus vont certainement dans ce sens.

S’il est vrai qu’il existe un risque élevé en Italie de se retrouver impliqué, à tort ou à raison, dans une procédure judiciaire, il est également vrai que ce risque peut être considérablement réduit en choisissant de prévenir (par l’adoption de protocoles de communication précis et élaborés) au lieu de faire face à un possible détournement de fonds et aux effets inévitables qui y sont associés.

Nous avons un rôle de conseiller dans les secteurs privé et public afin de réduire le risque d’illégalité, de verrouiller le sujet face aux événements médiatiques et de protéger le sommet des organisations contre les fautes commises par des cadres moyens autrement difficiles à surveiller.

L’approfondissement des techniques visant à une communication transparente est la compétence cruciale de notre époque pour traiter des questions extrêmement délicates ayant un impact sur l’avenir des entreprises, la stabilité des institutions et la chair de chair des hommes qui les dirigent.